La Suite du Monde : quand les écologistes décident de racheter la Terre

Une coopérative de citoyens militants, qui rachète des terres et les loue à des projets militants, un peu comme Terre de Liens le fait pour des projets agricoles : c’est ainsi que je décrirais la Suite du Monde et ses Communes Imaginées (joli nom très porteur de sens). J’ai découvert ce mouvement récemment, et je vous invite à la découvrir. Je dois dire que je trouve cela inspirant ; et voici pourquoi.

En premier lieu, parce qu’il s’agit d’un projet structurel. Dès le départ, le projet est conçu pour créer des ponts entre différents écolieux, plutôt que pour créer les écolieux eux-mêmes. De ma propre expérience, il me semble évident que les écolieux actuels sont trop petits, trop épars, et, quoi qu’ils en disent, très peu en réseau. Trop solitaires par leur volonté même de s’extraire du courant ambiant. Vivre dans une communauté de 20 ou 30 membres permet sans doute de devenir un ninja écolo, mais certainement pas de s’affranchir de la technostructure environnante et des choix qu’elle nous impose. La Suite du Monde pense à l’étape d’après l’écolieu, en créant une structure opérationnelle de multiplication et de mise en lien : c’est à mon avis toute sa force. Depuis le temps que j’entends dire qu’il faut-yaka converger, bla bla bla, voici pour moi une vraie convergence en action. 

Deuxième qualité notable, à mon sens : partant de l’hypothèse de l’effondrement civilisationnel (l’un des fondateurs, Pablo Servigne, a popularisé le sujet en France), La Suite du Monde en fait un levier positif de reconstruction sociale, et de reconstruction sociale heureuse. Un projet souriant : ça fait du bien ! je n’ai que trop rencontré la peur, le stress et le pessimisme dans les milieux écologistes ; l’obsession névrotique de la maladie, pour soi et pour le monde. La cause écologique, je crois, pâtit largement de cette image peureuse*. On a besoin de faire changer cette image, parce que la recomposition sociale qui se dessine est souhaitable, et ô combien désirable. Il faut le crier sur les toits.

Troisième force du projet, et pas des moindres : n’être en rupture ni avec les voies légales, ni avec la technologie (donc probablement pas non plus avec la science) ni avec l’argent, remisés au rang auquel ils auraient dû, de tout temps, rester. C’est-à-dire au rang d’outils, soit utiles, soit dangereux : ça dépend quasi uniquement de l’intention et du savoir-faire de l’utilisateur. Cette approche est plutôt rare chez les alternatifs, où l’argent est craint comme Satan, la technologie considérée comme son suppôt, et les voies légales ou administratives un joujou auquel il est de bon ton de ne plus croire. Et pourtant, ce n’est pas avec des bonnes intentions, du pissenlit et du yaourt au soja qu’on sortira notre époque de la mouise. On a besoin de moyens, on a besoin d’outils, et d’outils bien tranchants. Ce n’est pas pour rien que j’ai nommé ce blog la Belle Verte Armée : on ne va évidemment pas au combat sans outils juridiques, ni sans armes financières.

Je crois que cette Suite du Monde a toutes les chances de remporter le soutien de la Belle Verte Armée. Et je ne parle pas du présent petit blog de Ninja’rdin, mais de cette puissante marée de militants, d’alternatifs, d’écologistes, de combattants du monde de demain. On est nombreux dans le pays, je le sais ; et vous aussi, vous le savez. Et on est tous remontés comme des pendules. La Suite, et vite, please !

  • * EDIT du 6/09 : voir l’article icônoclaste du jour du philosophe Slavoj Zizek, « l’Amazone brûle. Et alors ?« , sur le Nouvel Obs. Quelques points de vue très discutables, mais d’autres assez lucides. Extrait : « L’écologie de la peur a toutes les chances de se développer sous la forme prédominante de l’idéologie du capitalisme global, tel un nouvel opium pour les masses venant remplacer la religion déclinante : elle endosse la fonction fondamentale de l’ancienne religion, consistant à instaurer une autorité en mesure d’imposer des limites et qui ne saurait être interrogée. »
Please follow and like us:
error

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *