Le pourquoi de ce projet

Tous les ans, l’ONG Global Footprint Network livre son calcul du jour du dépassement (Earth Overshoot Day). Il s’agit de la date à partir de laquelle l’humanité est supposée avoir consommé l’ensemble des ressources que la planète est capable de régénérer en un an. En 2019, cette date est fixée au 29 juillet. En résumé, à partir de la moitié de l’année, l’humanité vit à crédit. 

Si je traduis cette information dans ma vie quotidienne de manière la plus simple possible, cela signifie que je dois diviser toutes mes consommations par deux. Rouler deux fois moins en voiture, chauffer deux fois moins mon logement, acheter deux fois moins de produits, etc. Et encore. La division par deux, c’est une moyenne mondiale. Sans doute que les Occidentaux devraient diviser par 3 ou 4. Bref. (MAJ de Carbone 4: l’empreinte moyenne d’un Français devrait passer de 10,8 tonnes CO2/an en 2017 à 2 tonnes par an en 2050 pour juste respecter les traités internationaux. Division par cinq, en fait).

Comme ça reste encore un peu théorique, il faut imaginer comment mettre cette division par deux cinq en pratique, très concrètement, dans sa propre vie : faire Quimperlé-Querrien en vélo sept fois par semaine, ne pas partir en vacances cette année, condamner des pièces de la maison pour moins chauffer, moins meubler, moins décorer ; ne boire qu’une bière sur deux cinq, regarder un épisode de GOT sur deux cinq, n’acheter que la chaussure droite  marcher pieds nus… je plaisante. Mais qu’à moitié ou plutôt au cinquième. La consommation est partout, donc l’effort aussi.

Please follow and like us:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *